Pour une parentalité Hygge et Positive

Pour une parentalité Hygge et Positive

Qui n’a pas lu ou entendu ce mot étrange cette année ? Le « Hygge » est partout… et j’en suis ravie !

Si le Hygge, que vous tenterez de prononcer correctement en lisant « Hu – gueu » dans votre tête (pour ne pas faire peur à votre collègue ou vos enfants) peut ressembler à une drôle de mode, une énième tendance venue du froid, qui ne sert qu’à vendre des trucs et des machins dont finalement, personne n’a besoin, c’est en fait tout autre chose.

Comme souvent, il faut savoir différencier la réalité d’un concept avec l’usage marketing qui en est fait : le Hygge est un art de vivre danois, et au Danemark, ils sont souvent bien étonnés de savoir que cette exportation mondiale de leur Hygge se traduit uniquement par une hausse de la vente des bougies et des couvertures en pilou-pilou !

Le Hygge, c’est une façon de voir la vie côté petits bonheurs, prendre le parti de sourire et d’être joyeux et « vrai » : et si ça nous rappelait un peu la parentalité positive ?

Mais oui ! Et c’est pour cette raison que je suis tombée dans le Hygge comme dans une piscine de chocolat. Les valeurs du Hygge sont intimement liées à celle de la parentalité bienveillante et heureuse.

De là, il a été facile de comprendre pourquoi il est souvent dit que les petits Danois sont les enfants les plus heureux du monde…

Au Danemark, et notamment dans sa capitale Copenhague, les enfants ont toute leur place : l’égalité règne dans l’espace public, les porte-bébés et écharpes tutoient les poussettes et les « vélos cargo » dans lesquels les enfants sont assis. Les aires de jeux sont vastes, nombreuses, leur architecture donne à rêver.

Cette ville qui a fait le choix des énergies renouvelables et de l’éco-responsabilité (en taxant notamment énormément les voitures et en construisant plus de 400 km de pistes cyclables vraiment sécurisées) est un havre de paix pour les familles – toutes les familles.

Sa taille « humaine » – l’agglomération comptant 2 millions d’habitants, contre 10 millions pour l’Ile-de-France – rend la vie plus douce, les gens sont plus ouverts, plus confiants, plus conviviaux.

Bien sûr, il faut avouer qu’être parent « positif » au Danemark est également plus facile, car les journées sont plus équilibrées entre la vie professionnelle et la vie de famille.

En France, nombreux sont les parents qui redoutent le « tunnel » du 18-20h, quand tout le monde court partout, entre le périscolaire ou la garderie, aux devoirs, au bain, dîner, hop les dents, pipi et dodo. Qui a le temps de jouer ?

Au Danemark, les parents sont déjà sortis du bureau à 16h pour aller chercher leurs enfants à l’école (en vélo, souvent), et ce « tunnel » invivable, qui nous épuise en France, autant physiquement que nerveusement (ce qui inévitablement mène soit au verre de vin bien mérité soit aux cris incontrôlés) est chez eux un joli sentier paisible de forêt, une large avenue piétonne fleurie… bref, un plaisir.

Les politiques familiales danoises ont vraiment encouragé ce mode de vie « Hygge » qui est profondément positif et bienveillant.

Quand chacun se sent admis, accepté, bienvenu, quelque soit son âge ou son sexe, alors tout le monde est sur un pied d’égalité – il n’y a plus de domination adulte, ou de sexisme, par exemple. Tout est plus serein, plus heureux.

Bien sûr, dire que le Danemark est un pays parfait serait faux, c’est une utopie – il a aussi ses démons et ses problèmes.

Mais là-bas, le Hygge a permis aux parents d’envisager leur rôle avec beaucoup plus de bienveillance qu’en France.

Le Hygge met l’accent sur l’importance des relations humaines, et du temps qu’il faut pour les construire, fabriquer des souvenirs, entretenir les liens – c’est temps, si précieux, dont beaucoup manque en France.

En cette période de l’Avent, ralentissons, soyons plus Danois, choisissons nos priorités et oublions le reste.

Car ce dont nos enfants ont besoin, à Noël comme toute l’année, c’est de notre amour, et pour eux, l’amour s’écrit « T.E.M.P.S. ».

Ou Hygge, selon la langue !

Pour en savoir plus sur la parentalité au Danemark, lisez Comment élever les enfants les plus heureux du monde de Jessica Joelle Alexander et Iben Dissing Sandahl (JC Lattès) ou pourquoi pas mon Cahier Hygge pour les Nuls (éditions First).

 

Marion McGuinness – Auteure et Traductrice à retrouver sur sa page Facebook.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.