Interview Charline Malahieude, Créatrice du Centre Bien Naître Les Ursulines

Interview Charline Malahieude, Créatrice du Centre Bien Naître Les Ursulines

Bonjour Charline, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis sage femme diplômée de Belgique depuis 2006. La formation Belge est axée sur l’accompagnement des femmes dans la physiologie. J’ai eu la chance de devenir maman de ma première fille pendant mes études et donc de contacter très tôt l’intérêt de respecter la physiologie.
J’ai rapidement complété ma formation par un diplôme d’haptothérapeute et je passe actuellement un DU de gynécologie et d’échographie afin de proposer aux patientes un accompagnement plus large dans une plus grande autonomie. Je me suis installée en libéral 6 mois après mon diplôme mais j’ai continué une activité hospitalière pendant 5 ans jusqu’à ce que je crée le Centre.

Pouvez-vous nous décrire votre centre Les Ursulines ?

Le centre a été créé en 2012 lorsque j’étais enceinte de ma deuxième fille. Il est situé dans un ancien couvent en plein centre ville juste à coté de l’hôpital de Narbonne. C’est avec mon mari, qui est architecte, que nous avons rénové 600m² sur 2 niveaux, en créant des cabinets de tailles différentes qui sont proposés à la location. Ainsi chaque thérapeute exerce en totale liberté et indépendance.
Actuellement, l’équipe se compose de 2 sages-femmes, 3 masseurs-kinésithérapeutes, 2 psychologues, 2 naturopathes, une ostéopathe, une acupunctrice, une thérapeute psycho corporel, une sophrologue / hypnothérapeute, une psychogénéalogiste, et une consultante en lactation.
Chaque professionnel oeuvrant au sein de l’équipe se situe dans une approche holistique de la santé en considérant l’humain dans sa globalité et dans sa singularité.
Plusieurs patients nous disent que leur expérience thérapeutique commence dés leur arrivée dans le centre car le cadre est accueillant, apaisant, chaleureux et l’environnement favorise le bien-être
et le lâcher-prise.

En 2016, nous avons inauguré une salle de 65m² où se déroule tous les ateliers en groupe (yoga, sophrologie, danse, chant, pilate, méditation…). Des conférences et des formations y sont régulièrement organisées.
Cette salle constitue un véritable lien entre nous (par exemple, plusieurs praticiens de l’équipe pratiquent du yoga entre midi et 14h) et un lien avec l’extérieur avec des nouveaux intervenants qui enrichissent notre offre de soins.

Comment est née l’idée de créer un centre de ce type ?

À l’origine, le projet était d’ouvrir une maison de naissance. C’était au moment où la loi était votée pour l’expérimentation des maisons de Naissance en France.
La loi a été voté en faveur des maisons de naissances intra-hospitalières donc le projet n’est pas réalisable même si nous nous trouvons à 100m du plateau technique de l’hôpital de Narbonne.
Le projet a donc évolué vers une sorte de maison de “renaissance” puisque les patients nous expriment souvent leur transformation en venant consulter au Centre.

Quels étaient vos objectifs en créant Les Ursulines ?

Mon objectif n’est en aucun cas d’aller contre un système bien établi et qui a fait ses preuves ni d’être isolé dans un fonctionnement de société mais au contraire de proposer une offre de soin personnalisée, humaine, globale et interdisciplinaires basée sur la rencontre, l’échange et le respect des lois naturelles de la santé.
L’accompagnement proposé ne se limite pas à la maternité et à la parentalité mais est bien plus large.

Avez-vous connaissance d’autres lieux de ce type en France ?

Je suis heureuse de constater que de plus en plus de projets de ce type voient le jour. Je suis persuadée que c’est lié à une forme de conscience collective. Ce projet n’a ni de dimension commerciale ni de titre générique comme les maisons de santé qui bénéficient de subventions. Il est issu d’une envie partagée de professionnels de santé qui oeuvrent pour un accompagnement global.
Par contre l’engagement des professionnels n’est pas évident car dans notre société actuelle les risques de s’installer à son compte sont nombreux.

Pensez-vous que d’autres lieux tels que le votre puissent voir le jour ?

C’est une évidence parce que dans la société d’aujourd’hui il y a cet élan, cet envie et ce besoin de rapprocher le corps et l’esprit avec une attention particulière aux soins naturels.

Quels sont vos projets pour le centre et pour vous-même dans les années à venir ?

Mes projets sont principalement d’aller vers les jeunes en créant par exemple des permanences ados, des groupes de paroles de jeunes filles, des ateliers Montessori, des ateliers philo et méditation avec les enfants… Un projet qui est prévu depuis toujours mais que nous ne réalisons pas encore par manque de moyen : créer un SPA privatif de santé avec notre propre marque de produits bio qui permettrait aux patients de s’approprier les lieux et d’admettre que prendre soin de soi n’est ni un luxe ni élitiste.
Personnellement, en tant que sage-femme, j’ai toujours eu le projet d’accompagner les naissances et j’espère obtenir bientôt une convention avec l’hôpital de Narbonne pour pouvoir pratiquer les accouchements en plateau technique.

L’haptonomie selon Charline
Vous êtes diplômée en Haptonomie, pouvez-vous nous décrire de quoi il s’agit et comment vous mettez cette méthode en application pendant le suivi des grossesses ?

L’haptonomie est basée sur la communication par le toucher affectif entre le père la mère et l’enfant à travers le giron maternel. En donnant du confort à sa femme, le père, à travers une série d’invitation au relachement, au bercement et au modelage, va permettre à la mère de se détendre et ainsi créer une proximité de qualité. En pratiquant cette communication affective, les parents et l’enfant développent un lien unique bien avant la naissance. Ainsi, l’enfant acquiert une sécurité intérieure basée sur la confiance, la sérénité et l’autonomie. En plus de cette proximité, c’est une véritable préparation à la naissance puisque cela permet de mieux vivre les contractions de l’accouchement grâce à la bulle à 3 dans laquelle on se trouve quand on pratique l’haptonomie. Ce qui m’a attiré dans cette pratique c’est que cela permet au père de prendre toute sa place.

Zoom sur le soin Rebozo
C’est un soin que vous proposez dans votre centre, pouvez-vous nous en dire plus ?

Le soin rebozo est un soin traditionnel mexicain qui est proposé à toutes les femmes qui vivent un passage de la puberté à la ménopause.
Il se déroule en 3 phases qui sont un massage à 4 mains aux huiles végétales chaudes, un bain chaud de sudation aux huiles essentielles ainsi qu’un resserrage à l’aide d’un châle rebozo en 7 points clés du corps sur un temps de 2h30. Cela permet aux femmes de ritualiser ces passages et donc de mieux les vivre en se recentrant et en s’offrant un véritable temps pour soi.

L’interview de Charline Malahieude est parue dans le Mag’ de Maman Natur’elle n°1 Automne/hiver 2017-18.
Le Mag’ est offert gratuitement avec toutes les commandes sur www.maman-naturelle.com !



2 thoughts on “Interview Charline Malahieude, Créatrice du Centre Bien Naître Les Ursulines”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.