Le troisième pilier de l’allaitement

Le troisième pilier de l’allaitement

On dit souvent qu’en matière d’allaitement, deux éléments uniquement sont indispensables : un sein, et un enfant.

Et c’est bien sûr largement vrai ! Dans une très vaste majorité des cas, la mère est en capacité physique de nourrir son, ou ses enfants, exclusivement pendant 6 mois, et plus longtemps encore en parallèle d’une diversification aux rythmes de l’enfant.

Pourtant, mes années d’allaitement, d’écoute de tant de futures et jeunes mamans m’ont appris qu’il existait bien un troisième pilier essentiel à la réussite d’un allaitement.

Pour qu’une mère se sente libre, autorisée, bienvenue, accueillie, et respectée dans son allaitement, il lui faut plus que des seins et un enfant.

Elle a besoin de nous.

Oui, toi qui lis ces lignes, toi qui ne les lis pas, toi qui as allaité, toi à qui l’idée ne viendrait jamais, toi qui es assis à côté d’elle dans le bus, ou qui lui fait face dans la salle d’attente du médecin.

Toi, vous, nous, tous ensemble, nous sommes le troisième pilier de l’allaitement.

Allaiter est un choix personnel, un choix de couple, un choix de famille. Mais pas seulement.
Allaiter, c’est un choix qui dépasse la sphère intime, c’est choisir de nourrir son enfant en tant que futur citoyen d’une société bien plus large.
Allaiter, c’est une manière d’accueillir un enfant à la vie, et de lui dire « bienvenue parmi nous ».

Pour qu’il se sente attendu, respecté, il est indispensable que sa mère se sente libre d’allaiter partout, et sans entrave.
Sans avoir peur d’un mauvais regard, d’une remarque acerbe, sans avoir peur qu’on lui demande de se cacher, ou de faire patienter son enfant.
Sans devoir se justifier sur la durée de son allaitement, sans avoir à expliquer qu’un enfant n’est pas qu’un système digestif et que le lait maternel est bien plus, tellement plus que du lait.

Chacun d’entre nous pouvons choisir la manière dont cette mère va se sentir, et en lui montrant toute notre bienveillance et notre soutien, nous lui donnons la force de poursuivre cet allaitement aussi longtemps qu’elle et son enfant le souhaiteront.
Sans que leur choix, d’arrêter ou de continuer, ne soit fait, le cœur lourd, l’esprit contraint.

Allaiter partout, c’est déjà possible, bien sûr. La loi autorise une mère à allaiter partout où elle-même et son enfant ont le droit de se trouver. Un café, un restaurant, une rame de métro, un banc public…
Mais entre savoir qu’on a le droit, et se sentir autorisée, il y a souvent un monde.

En faisant chacun un pas vers les autres, avec bienveillance, nous aidons chaque jeune mère à se sentir à l’aise pour allaiter partout, à avoir confiance en elle, à rester à l’écoute de son enfant, à prendre la mesure de la puissance de son corps et de son amour.

C’est notre rôle à tous, chacun et chacune, grands-parents, frères, sœurs, pères, mères, pour construire la société dans laquelle les enfants d’aujourd’hui pourront s’épanouir.

Nous sommes le troisième pilier de l’allaitement, et plus largement, du maternage. Quand les mères se sentiront vraiment toutes à l’aise pour allaiter partout, sans contrainte, tirer leur lait sur le lieu de travail, ou encore faire accepter leur lait à la crèche, par exemple, alors je suis persuadée que la parole se libérera sur d’autres sujets, souvent encore tabous.

Le sommeil partagé, la non-violence, l’éducation positive… autant de questions encore bridées qui ne demandent qu’un sourire, qu’un regarde bienveillant pour éclore dans notre société.

Soutenons l’allaitement maternel partout, et changeons le monde… une tétée à la fois !

Marion McGuinness – Auteure et Traductrice à retrouver sur sa page Facebook.



4 thoughts on “Le troisième pilier de l’allaitement”

  • Bonjour. Personnellement, j’ai accouché dans un hôpital bien connu à Montpellier où se trouve un lactarium, si vous voyez ce que je veux dire et je n’ai eu aucun soutien dans mon allaitement. J’ai fini en tire allaitante exclusive pendant dix mois. C’est en partie à cause de cela, que j’ai voulu partager mon expérience de tire lait, de mon témoignage et d’autres choses sur notre blog.

  • J ai allaité ma premiere fille 21 mois et au dela du regard des gens lorsque l on allaite dans des lieux publics, c est la mentalite des gens qui m a surprise. Il est plus etonnant a aujourd hui d allaiter un enfant de 21 mois que lui donner le biberon. Lequel est naturel ? La plupart de la population pense qu il est bien d allaiter son enfant pendant quelques mois mais qu ensuite ca devient malsain. Vers la fin de mon allaitement le regard des gens etaient pesants comme si je faisais du mal a mon enfant. J ai pour ma part trouver du soutien aupres de l association Leache Ligue que je remercie profondement.

  • Bonjour, merci pour cet article, je suis enceinte et j’accouche prochainement, je compte allaiter mon bébé puisque j’ai lu sur les bienfaits que procure cette méthode pour le bébé et la maman! Merci pour le partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.