Ma routine Applecheeks

Ma routine Applecheeks



Capture d’écran 2015-10-05 à 16.06.18Avant d’avoir mon deuxième fils, franchement, je n’y pensais pas trop aux couches lavables. Ca me semblait super compliqué en fait, encore plus que la maîtrise du noeud d’écharpe avec un nouveau-né. IMAGINE.

Et moi, je suis plutôt du genre à lâcher prise et pas me prendre la tête sur pas mal de trucs. Pour ça que j’allaite, que je porte, que je cododote… je trouvais pas que me rajouter de la lessive ça rentrait bien dans mon plan d’en faire le moins possible.

SCOOP : un demi tambour de couches à laver tous les deux jours, ça ne rajoute pas de corvées ménagères.Capture d’écran 2015-10-05 à 15.48.06

Alors évidemment, y a des contraintes, faut compter ses couches pour ne pas se craquer et faire une machine en urgence à 3h du matin (encore qu’il est plus facile de faire une machine a 3h du matin ou toute autre heure complètement interdite que trouver un magasin ouvert qui vendent des couches à la même heure) (hein).

Et surtout j’ai développé une nouvelle phobie : la pannedecourantophobie. Bah ouais, forcément. Mais c’est rare quand même.

Capture d’écran 2015-10-05 à 15.47.50Bref, les couches lavables, en fait c’est simple. Si ! Enfin avec Applecheeks en tout cas, car j’ai jamais rien testé d’autre. Pourquoi ? Parce que la marque m’a tout de suite convenu, à moi et à la morphologie de mon bébé. Donc je n’ai jamais cherché ailleurs et je suis ravie.

Concrètement comment ça se passe ?

  • J’ai 12 « sur couches », ce que j’appelle des couches, hein, ne chipotons pas, en gros c’est l’enveloppe de couleur imperméable
  • J’ai une vingtaine d’inserts en coton et bambou bio, dont 4 plus épais pour la nuit
  • J’ai quelques inserts en microfibre, qui rappelle le polaire au toucher, pour les urgences (j’aime moins, mais question de goût : y a pas de pliage donc ça peut aussi plaire à certains !)

Capture d’écran 2015-10-05 à 15.46.45Je me prépare mes couches en TE1 devant les infos en sirotant un petit café, et je les stocke sous la table à langer.

Alors oui, si j’utilisais plutôt la couche en TE2 ça éviterait de faire une machine tous les 2 jours. Mais comme je ne trouve pas ça contraignant, et que j’ai assez d’inserts et de couches, je préfère quand même le TE1 qui est plus rapide à utiliser quand il faut changer un bébé qui essaie de se la jouer Prison Break alors qu’il sait même pas s’assoir tout seul.

Et puis aussi, le TE1 reste quand même psychologiquement plus simple à gérer par le mari que le TE2. Faut pas déconner, là au moins on dirait une « vraie couche » et donc c’est « pratique ». (sic)

Une fois la couche souillée, je la stockes dans un gras sac imperméable. Quand il y a des selles de bébé allaité (oh oui parlons caca) je rince la couche sous le jet très fort de la douche, ça décolle très vite les matières. C’est pas indispensable du tout, mais moi je préfère ne pas risque d’encrasser mon lave-linge.

Capture d’écran 2015-10-05 à 15.48.31Pour après la diversification, on utilisera sûrement un voile de protection jetable dans les toilettes. On verra bien le moment venu !

Une fois le sac rempli de 9 ou 10 couches, je le vide dans le tambour sans toucher aux couches, et hop c’est parti. Je lave avec ma lessive habituelle à 40 degrés en semaine, et 60 degrés le weekend, parce que j’ai plus de temps (ah ah ah).

A étendre, ça prend bien 8 minutes et 17 secondes. Les couches de couleur sèchent très vite, les inserts beaucoup moins, sauf au soleil où c’est vraiment impressionnant (le soleil qui, soit dit en passant, enlève vraiment les taches de selles persistantes – truc de fou).Capture d’écran 2015-10-05 à 15.47.04

En hiver, je pense que je ferai sécher les inserts sur les chauffages, mais avec une bonne vingtaine de changes possible, même si ça prend 2 jours, ça va.

En déplacement, j’ai un mini sac de transport imperméable et j’y stocke ma couche ou mes couches usagées. Facile.

J’ai également opté pour les lingettes lavables AppleCheeks (quitte à être monomaniaque, hein !) car avant j’utilisais des cotons, mais alors trier le jetable du lavable à chaque change, c’était vraiment une plaie. Les lingettes sont très fines et souples, assez grandes pour ne pas s’en foutre plein les doigts, et sèchent très vite aussi.

Ce que j’aime avec AppleCheeks ce sont surtout les couleurs, la facilité d’utilisation, la résistance aux lavage et les boutons pression. Ah, moi les scratch, c’est pas possible, ça scratch tout sauf ce que tu veux et ça dure pas dans le temps. Là, avec 2 rangées de boutons, la fermeture est simple, précise, et réglable pour vraiment bien ajuster la couche à la morphologie du bébé.

Le seul gros gros problème avec AppleCheeks, c’est qu’on devient très vite accro. Nan mais vous avez vu ce petit popotin, hein ?

Capture d’écran 2015-10-05 à 15.47.35



2 thoughts on “Ma routine Applecheeks”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.