La DME : le point sur cette approche qui favorise l’autonomie des bébés

La DME : le point sur cette approche qui favorise l’autonomie des bébés

Vous en avez sûrement entendu parlé, la DME, cette nouvelle approche qui a le vent en poupe auprès des jeunes parents. Dans l’idée de favoriser l’autonomie de bébé, cette pratique a fait parler d’elle en bien. Par conséquent, si vous cherchez un moyen pour accompagner bébé vers une transition alimentaire naturelle, vous devriez vous intéresser à l’alimentation autonome.

Sauf que… la DME demeure encore floue. Concept relativement nouveau, peu d’études sont sorties à ce sujet.

Quels bénéfices cela apporte à mon bébé ? Comment intégrer la DME dans mon quotidien ? Quels aliments donner ? Et le risque d’étouffement ? Dans cet article, on vous éclaire en vous proposant un dossier complet sur la diversification alimentaire menée par l’enfant.

DME, le concept

Diversification alimentaire menée par l’enfant, qu’est-ce que c’est ?

La DME est une méthode de nutrition alternative qui consiste à introduire des aliments solides permettant de favoriser l’autonomie du bébé. Contrairement à la méthode traditionnelle qui implique une alimentation sous forme de purée, l’alimentation autonome elle, est constituée de morceaux que l’on définit par la notion d’aliments que l’enfant peut saisir et manger seul.

Selon Évelyne Bergevin, nutritionniste et coauteur du livre Petites mains, grande assiette :

« Le principe à la base de la DME, c’est de laisser l’enfant choisir ce qu’il veut manger et en quelle quantité ».

De manière explicite, l’idée est de proposer à bébé une variété d’aliments solides et en morceaux. Naturellement, ce dernier s’en saisira avec ses doigts pour les toucher, les mâchouiller, les lécher et in fine les manger. Cette approche encourage la découverte, la motricité fine ainsi que la stimulation des sens. C’est donc en véritable méthode d’alimentation naturelle que la DME a su convaincre de nombreux parents qui souhaitent accompagner leur enfant vers un bon développement moteur. 

Cependant, quelques prérequis sont nécessaires au bon fonctionnement de cette pratique :

  • Votre enfant doit avoir au minimum 6 mois, pourquoi ? 6 mois, c’est l’âge auquel l’enfant atteint un certain stade de développement. En d’autres termes, il est en mesure de se tenir assis tout seul. Il est aussi capable de tenir et mettre les aliments à sa bouche et de tourner correctement sa tête (haut en bas, droit à gauche). Par ailleurs, l’OMS (organisation mondiale de la santé) a recommandé l’introduction des aliments solides chez l’enfant à partir de 6 mois.
  • L’alimentation autonome est une approche qui ne convient pas à tous les enfants et/ou parents. Si vous êtes effrayés à l’idée de laisser votre enfant s’alimenter seul, vous ne devriez peut-être pas tenter l’expérience. Comme Évelyne Bergevin, le souligne : « Le plus important, c’est surtout de faire confiance à son enfant. Si vous avez peur, ce n’est pas une bonne idée de suivre cette méthode, parce que vous risquez de transmettre vos inquiétudes à votre progéniture. La DME, c’est bien, mais ce n’est pas pour tout le monde et c’est bien correct comme ça ».
  • La nécessité de consulter un pédiatre ou une nutritionniste avant de se lancer dans cette expérience de la DME est recommandée. Avant d’introduire des aliments solides, il est important de vérifier que votre enfant ne présente pas de contre-indications du type problème de coordination, retard ou malformation de la bouche.

Pourquoi laisser mon enfant manger seul ?

Originaire d’Angleterre, la méthode d’introduction des aliments reste relativement récente et peu d’études démontrent aujourd’hui les bienfaits à long terme sur le développement de l’enfant. Cependant, un rapport de l’université d’Ottawa a été publié montrant des résultats favorables envers l’alimentation autonome. En effet, les enfants accepteraient davantage les aliments issus de l’approche DME que de la méthode traditionnelle (purée) favorisant ainsi la diversification alimentaire.

Des tendances généralistes ont tout de même été données concernant les bénéfices pour le bébé :

  • Favorise la motricité fine : la coordination œil-main est sollicitée lors d’un processus d’alimentation autonome. Par le simple fait d’attraper les morceaux par lui-même, le bébé va faire un effort de concentration et de coordination. Même si les débuts peuvent être difficiles, au bout d’un certain temps, vous verrez une réelle différence en termes de motricité. 
  • Encourage l’éveil et le développement : découvrir les couleurs, les textures ou encore les formes, la DME vient clairement susciter l’attention du bébé et ainsi l’accompagner un peu plus vers l’éveil. C’est une nouvelle manière de manger qui inclue l’apprentissage et la découverte au monde.   
  • Accompagne l’autonomie : manger seul, c’est la ligne conductrice de cette approche. Préparez le repas de bébé et mettez-le face à son assiette. Vous serez étonné de voir comment il interagit avec la nourriture sans votre aide et de quelle manière ses mécanismes naturels se mettent en place.

Claire, maman d’une petite de 6 mois revient sur son expérience de DME « On adore manger tous ensemble, voir notre fille si heureuse de partager notre repas, de goûter toutes sortes de choses, de décider elle-même ce qu’elle aime le mieux, de manger comme un ogre ou de picorer comme un oiseau suivant les jours, les plats, l’humeur, de ne pas se prendre la tête avec préparation et questions de quantité. Bref, de lui faire découvrir dès le plus jeune âge le plaisir d’être à table ensemble »

Approche DME I via © byebyepurées

Le risque d’étouffement, on s’en inquiète ?

Étant donné que l’approche repose sur le principe que le bébé est maître de son alimentation, la crainte de l’étouffement inquiète souvent les parents. Comme l’explique Evelyne Bergevin, experte en nutrition  » C’est certain qu’il faut être particulièrement attentif lorsque notre petit mange ». Elle recommande d’ailleurs aux parents inquiets de suivre une formation de gestes aux premiers secours. Il est avant tout essentiel de faire confiance à son petit, tout en gardant un oeil attentif à ses gestes. Les premières fois seront peut-être impressionnantes, mais l’enfant a le réflexe naturel de savoir en quelle quantité et comment ingérer l’aliment.

Toutefois, veillez à bien respecter certaines règles comme la professionnelle le souligne « Ne pas toucher à l’enfant quand il mange ou de ne pas introduire vous-mêmes les aliments dans sa bouche ».

Comment applique t-on la DME dans son quotidien ?

Les aliments à donner à mon enfant qui s’alimente seul

L’avantage avec l’introduction des aliments solides, c’est que la préparation des repas est simplifiée. En effet, vous ne perdez plus de temps à préparer compotes et purées. Avec la DME, vous pouvez facilement donner à votre enfant les mêmes aliments que vous avez prévu pour votre propre repas, à condition bien sûr d’ajuster les quantités.

Alors, qu’est-ce qu’on donne à bébé ?

  • Légumes de toutes formes et couleurs : cuits, tendres ou en bâtonnets, découpez-les en morceaux, lanières ou cubes (brocolis, carottes, pomme de terre…) ;
  • Viande et/ou poisson ;
  • Légumineuses : lentilles ou pois chiche : veillez bien à les écraser en purée par exemple ou les cuisiner en galette de légumes avant de les proposer ;
  • Fruits plutôt mûrs ou mous : banane, pèche, pomme, poire, avocat…
  • Céréales complètes : pâtes, riz ;
  • Fromage coupé en cubes ou râpé.

Comment composer les repas d’une alimentation autonome ?

Au même titre que vous mangez équilibré, veillez à bien proportionner les aliments dans l’assiette de bébé. Pour cela, l’image ci-dessous vous illustre le principe d’un repas nutritionnel qui répond aux besoins de l’enfant.

4 règles :

  • Une part de céréales : pain, riz, pâtes
  • Une portion de protéines : animale (viandes ou poisson) ou végétale (tofu, légumineuses)
  • Une ration de légumes : crus ou cuits
  • Une source de bon gras : huile/avocat

Pour le dessert et s’il a encore faim, vous pouvez lui proposer un fruit avec une portion de yaourt par exemple. L’idée étant de jauger les quantités.

D’ailleurs, en parlant de quantités, le blog expert en DME Nutri-énergie souligne l’importance d’une période d’exploration et d’adaptation. Avec le temps, l’enfant trouvera naturellement son équilibre.

Par exemple, vous avez préparé une assiette respectant les 4 règles ci-dessus et vous vous demandez si les quantités sont suffisantes ? L’approche de la DME soutient l’enfant dans son processus naturel d’alimentation et lui permet de reconnaître les signaux de faim ou de satiété. Il mangera donc selon ses besoins et sa faim.

Le matériel pour une autonomie alimentaire réussie

Et oui, on ne s’aventure pas dans l’expérience de la DME sans accessoires. Afin d’obtenir des résultats, il est important de s’équiper. Voici donc une liste d’outils qui vous aideront à passer le cap de l’alimentation consciente sans frayeurs !

Les couverts ergonomiques Doodle 

Adaptés aux plus grands (à partir de 12 mois), ces couverts ergonomiques ont conquis tous les parents qui accompagnent leur enfant vers une transition alimentaire autonome. Gages de sécurité, ils ont été conçus pour les petites mains et participent à la motricité.

L’assiette à 3 compartiments EZPZ 

L’assiette à compartiments est une base de la DME. Pratique et utile dans son rôle de diversification, elle permet à l’enfant d’identifier clairement les aliments grâce aux sections indépendantes. En silicone et anti dérapante, cette assiette se nettoie grâce à un coup de chiffon et ne se renverse pas.

La tasse d’apprentissage Babycup 

Reconnue par les experts, cette tasse ergonomique a été primée pour ces nombreux avantages. En complément à l’allaitement, pour préserver l’hygiène bucco-dentaire ou développer la motricité, vous y trouverez forcement votre compte.

Le bavoir en silicone Kushies

Indispensable pour protéger bébé de ses exploits alimentaires, le bavoir kushies est spécialement adapté aux enfants grâce à ses manches longues. La marque est également allée plus loin en concevant un kit spécial DME qui fait barrière à la nourriture.

Le tapis imperméable Kushies 

Ce tapis vous évitera de passer votre temps à nettoyer derrière votre petit et vous le remercierez, croyez-nous, car l’un des inconvénients à la DME, ce sont bien les résidus de nourritures qui sont laissés au sol. Avec cet accessoire, vous n’avez plus qu’à « récupérer » les restes du carnage. Imperméable, il vous suffit de passer un coup de chiffon sur le tissu et le tour est joué.

DME : ce qu’il faut retenir

  • C’est une approche qui n’est pas adaptée à tout le monde. Aussi, veillez à consulter un spécialiste en nutrition ou un pédiatre avant de vous lancer dans cette aventure ;
  • L’alimentation autonome prend du temps. Une phase d’adaptation et d’exploration est donc essentielle pour trouver son propre rythme et voir les résultats en termes d’autonomie ou de motricité ;
  • Comme toute nouvelle approche, seule votre expérience compte. De ce fait, soyez à l’écoute de vos besoins et ceux de bébé.

Si vous souhaitez aller plus loin et vous informer, nous vous conseillons d’investir dans ce livre ou de consulter le site officiel de l’ouvrage « Petites mains, grande assiette » tenu par des experts en nutrition.

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a été utile 😉

L’équipe Maman Natur’elle.

À lire :

À table, et si on laissait bébé faire ?

Babycup, la tasse d’apprentissage recommandée par les experts

Squiz, une gourde réutilisables pas comme les autres



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.